Auto-critique par rapport au nom
1point5juste

Y a-t-il un réchauffement climatique « juste » de 1,5°C ? - Non.

Les activités humaines ont jusqu'à présent provoqué un réchauffement de la planète d'environ 1,1° par rapport aux niveaux préindustriels. Si les choses continuent à ce rythme, un réchauffement de 1,5° est prévisible de 2030 à 2052 environ [1]. Le changement climatique a déjà des effets catastrophiques sur les populations et sur la vie sur Terre en général. C'est également ce que dit la science du climat et met en garde contre tout nouveau réchauffement. La marque de 1,5° est une valeur limite de la politique (climatique) internationale.

Les changements provoqués par le réchauffement affectent surtout ceux*elles qui ont le moins contribué aux causes du réchauffement climatique. Il s'agit avant tout de personnes originaires du Sud, comme les petits*es agriculteurs*trices, les autochtones, les femmes et les personnes ayant un niveau d'éducation plus faible, ainsi que des ressources financières limitées, ce qui rend la migration très difficile. La plupart de ces personnes sont également BIPOC (Black, Indigenous, People of Colour, Noirs*es, Autochtones et Personnes de couleur ; plus d'informations sur ces termes sous derbraunemob et neuemedienmacher), ce qui fait de l'acceptation de ces circonstances un acte raciste. Ces personnes souffrent de sécheresses et d'inondations et perdent ainsi leurs terres, qui sont leur moyen de subsistance. Beaucoup sont ainsi contraints*es de fuir ou à une dépendance et une exploitation extrême. Nombreux*ses sont ceux*elles qui meurent directement ou indirectement à cause de la crise climatique.

Historiquement, cependant, les pays du Nord global, en particulier les pays européens et nord-américains, ont contribué massivement à cette crise climatique, et ils le font encore aujourd'hui.

Nous sommes donc conscients*es qu'il ne peut y avoir un 1,5° juste. Chaque hausse de température renforce les injustices mondiales et sociales - même une hausse maximale de 1,5°.

Néanmoins, la limitation de la température à 1,5° est un objectif politique pour lequel les représentants*es des gouvernements des pays particulièrement touchés ont également travaillé. Les conséquences du changement climatique seront moins graves avec un réchauffement de 1,5° qu'avec un réchauffement de 2° (les conséquences comprennent chaleurs extrêmes, fortes précipitations, sécheresses, élévation du niveau des mers, extinction des espèces, acidification des océans et appauvrissement de l'oxygène).

Les effets de la quantité de CO2e contenue dans l'atmosphère entraînent une augmentation de la température avec un long retard. Les gaz à effet de serre déjà présents dans l'atmosphère pourraient à l'avenir déjà entraîner un réchauffement de plus de 1,5° (par rapport à l'ère préindustrielle).

Nous croyons que le réchauffement de 1,5° reste un objectif souhaitable au vu de la situation actuelle, que nous espérons atteindre. Toutefois, cela ne doit pas se faire au détriment des groupes déjà défavorisés, marginalisés et particulièrement touchés, mais de manière socialement et globalement juste, ainsi qu'en tenant également compte des circonstances historiques et actuelles.

La désignation de l'objectif 1,5°, axé sur la politique et les médias, devrait également permettre de faire le lien avec le discours public existant.

[1] 1] GIEC, 2018 : Résumé pour les décideurs politiques. Dans : 1,5° de réchauffement climatique. Un rapport spécial du GIEC sur les conséquences du réchauffement climatique de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels et les trajectoires mondiales d'émissions de gaz à effet de serre associées dans le cadre du renforcement de la réponse mondiale à la menace du changement climatique, du développement durable et des efforts d'éradication de la pauvreté. [V. Masson-Delmotte, P. Zhai, H. O. Pörtner, D. Roberts, J. Skea, P. R. Shukla, A. Pirani, W. Moufouma-Okia, C. Péan, R. Pidcock, S. Connors, J. B. R. Matthews, Y. Chen, X. Zhou, M. I. Gomis, E. Lonnoy, T. Maycock, M. Tignor, T. Waterfield (eds.)]. Organisation météorologique mondiale, Genève, Suisse. Traduction allemande basée sur la version du 14.11.2018. Unité de coordination allemande du GIEC, ProClim/SCNAT, Agence fédérale autrichienne pour l'environnement, Bonn/Berne/Vienne, novembre 2018.

Hier findest du außerdem unsere kritische Reflexion zum Namen „Klimaplan Plan climat par la base.

Français
Deutsch English (UK) Français